Vous êtes ici : Accueil » Présentation de la commune » Histoire et patrimoine » L’église

L’église

PhotoEglise1906L‘église de Saint-Martin-de-Jussac est un magnifique édifice des XIIe et XVe siècles inscrit en totalité à l’inventaire des Monuments Historiques depuis 1975. Elle se compose d’une nef uniquede trois travées romanes terminées par un sanctuaire gothique et présente la particularité d’être formée de deux églises situées dans le prolongement l’une de l’autre.

On pénètre dans cet édifice par un portail à colonnettes de type limousin et comportant trois voussures.

La façade, quant à elle, a dû être autrefois de forme régulière, mais son côté gauche a été détruit. Le clocher-mur qui la domine est presque entièrement caché par un clocheton couvert de bardeaux de bois en châtaignier monté en porte-faux vers l’extérieur de la façade. On aperçoit également sur le côté droit de ce clocher un cadran solaire.

A l’est, le chevet de l’église percé d’une fenêtre est encadré de deux énormes contreforts obliques.

Sur la place de l’église se trouve une croix en granit datant du XVe siècle et faisant partie des dévotions populaires faites à la bonne fontaine Saint-Martin.

A l’intérieur de l’église, on aperçoit, au niveau de la première travée, des colonnes rondes encadrant une arcade légèrement brisée.

Au niveau de la voûte, on remarque un raccord bizarre avec le sanctuaire. La voûte de pierre se transforme en voûte de bois.

Le sanctuaire gothique du XVe siècle présente une superbe voûte en ogive reposant sur quatre consoles où figurent des personnages sculptés dont l’un d’entre eux représente un chabretaire (joueur de cornemuse ou « chabrette ») présent dans de nombreuses églises limousines.

Lors de la restauration de l’édifice, un morceau de fresque datée du XVIIIe siècle a été découvert sur le mur côté nord du chœur.

Le vitrail principal du chœur de l’église récemment restauré illustre la vie de saint Martin et les miracles qu’il a accomplis.

Dans le chœur, un magnifique retable avec ses cinq statuettes, ainsi que le maître autel, sont inscrits aux Monuments Historiques. Les panneaux en cuir repoussé du XVIIe siècle représentant des bouquets de fleurs sont, eux, classés.

Une statue de la vierge à l’enfant (en calcaire) datant du XVe siècle a été récemment découverte dans une niche de l’église.

La statue de saint Martin tenant, dans sa main gauche, une crosse en bois peint et doré date du XVIIe siècle.

Le buste reliquaire de saint Martin (en bois doré du XVIIe siècle) est présenté, tous les sept ans, lors des ostensions populaires.

A droite, en entrant, le tableau qui est intitulé « Le songe de saint Martin » et qui représente le Christ apparaissant à Saint Martin date de 1701.